Direction la Georgie, mais quelle Georgie ?

Parti dans le courant de l’après-midi le 19 Janvier 2015 des Malouines par une mer agitée, à bord du Plancius nous naviguons dans la direction de la Georgie.
Etant dans l’Atlantique Sud, au Sud du 51ème parallèle Sud, il était question de naviguer vers la Georgie, vers les îles de la Georgie, cela ne pouvait pas être les cotes de la Georgie en Amérique du Nord bordant l’Atlantique Nord au niveau du 33ème parallèle hémisphère Nord, ni la Georgie dans le Caucase bordant la mer noire, mais la Georgie du Sud, île isolée dans l’hémisphère sud en dessous du 54ème parallèle Sud.

Péninsule antarctique.

La Georgie du Sud est un archipel situé dans la zone antarctique du courant marin circumpolaire antarctique et à 350 kms au sud de la convergence antarctique.
Cette ligne ou ce front circulaire entourant le continent Antarctique de quelques dizaines de kms de large où se heurtent les eaux froides dites antarctiques peu salines passant sous les eaux plus chaudes provenant des zones sub-antarctiques.
Zones à contrastes générant des frontières thermiques fluctuantes, ces espaces maritimes constituant des phénomènes géo-climatiques remarques, indispensables à notre planète, autant que le Gulf Stream.
Actuellement ces îles dépendent du Royaume-Uni, bien qu’elles fussent abordées en Avril 1675 par un Anglo-français, Antoine de la Roché marchand travaillant pour le compte de l’Espagne qui lors d’un retour d’un voyage commercial au Chili est malmené sur les mers.

Antoine de la Roché pièce 325e commémoration 1675-2000

Selon les écrits de Francisco Seijas y Llobera rédigés en 1690, son expédition poussée par les vents, incapable de poursuivre leur route maritime se réfugie pendant 14 jours dans une baie d’une terre inconnue sur la cote orientale.
De La Roché n’osa revendiquer cette terre salvatrice au nom d’une quelconque gouvernance, elle resta l’île Roché sur les cartes jusqu’en 1775.

Seale-1744 ile Roché

Un autre Français Duclot-Guyot sur navire Espagnol El Leon le 19 Juin 1759 la retrouva, la nomma île Saint-Pierre, rien n’en fut, il faudra attendre la 2ème expédition de James Cook à la recherche du grand continent Sud, fort de sa devise à aller : « plus loin qu’aucun homme n’est allé avant moi, mais aussi loin que je crois possible à un homme d’aller« , il revendique au nom du roi George III, cet archipel Austral ainsi que les îles Sandwichs du Sud et ce le 17 Janvier 1775 en n’y restant que 3 jours, après une navigation venant de l’Afrique du Sud, l’appelant Ile de Georgie.
La carte ci-après établie par James Cook en 1777 indique bien qu’il approche par le Nord cette ile (il faille inverser cette carte pour bien la comprendre, de G à D sur celle-ci la longitude va de 34° à 39° W,le méridien de Greenwich à 0° fait que par le phénomène de rotation de la terre à 360° sur l’axe des 2 pôles, on devait pouvoir lire sur cette carte de G à D, -39 à -34° W).

Carte de James Cook 1777
La Georgie du Sud est depuis cette date, une île du Royaume-Uni, avec actuellement un statut géopolitique dit :  Territoire britannique d’Outre-mer.

georgia-south-sandwich-map
Elle est à environ 1 300 kms au sud-est des îles Malouines.
Ce n’est pas une petite île, elle est longue de 175 kms en forme de croissant ouvert avec 40 kms dans sa plus grande largeur.
Ile est montagneuse, plusieurs chaines dorsales forment de nombreuses vallées glacières avec des sommets comme le mont Paget au centre à près de 3 000 mètres, le mont Carse au sud à 2 300 mètres.
Georgie, glacier grace.
Les glaciers sont immenses au nombre de 160 couvrant plus de la moitié de l’île, les plus imposants et les plus longs mesurent dans les 15 kms (en comparaison le glacier de la Mer de Glace le plus grand des Alpes à une longueur de 12 kms) comme les glaciers Esmark ou Christophersen sur la partie méridionale ou le glacier Neumayer sur la cote Nord-Est tombant dans la baie de Cumberland avec en son point culminant à 875 mètres formant la calotte glacière de Kohl-Larsen faisant la jonction avec le glacier Keilhau (le retrait du Neumayer a été capturé par EO-1 un satellite de la NASA en 2009 et 2011, montrant 1 km d’effacement au cours d’une période de deux ans).
Tous sont du type côtiers, l’abrasion générant sur le front des glaciers l’effondrement permanent de sérac dans les eaux, provoquant des icebergs d’origine glacière.
Avant d’apercevoir les cotes méridionales, du 21 au 22 Janvier entre le 51° S-42°W et le 53°S-39°W, d’énormes tabulaires d’origine des barrières de glace du continent Antarctique sont présents.

TabulaireEn Georgie du Sud il n’y a pas de population permanente, mais quelques saisonniers et des résidents à long terme, employés par le gouvernement.
Il n’y a pas d’aéroport, les îles ne sont accessibles que par bateaux.
L’absence de mouillages très bien abrités rendent les débarquements sur les cotes exposées particulièrement compliqués.
Le climat est rude et la météo très variable et imprévisible, même durant l’été Austral.
Ainsi des bourrasques inattendues et violentes les williwaws peuvent vous surprendre.
Williwaws

Environ 6 000 touristes visitent la Georgie du Sud par année, visites maritimes fortement régulées par une politique de contrôle mise en place depuis 2008 de limiter l’accès aux navires de catégories IAATO 1 (jusqu’à 200 passagers) et 2 (de 201 à 500 passagers).
IAATO: organisation fondée en 1991 pour la défense, la promotion et la pratique d’expéditions privées sures et écologiquement responsables en Antarctique.
La saison touristique 2014-2015 a été un record avec plus de 8 000 passagers pour 65 visites de navires. Les nationalités venant dans ces îles sont : Américains 23%, Allemands 17%, Anglais 14%, Australiens 11%, Chinois 7%, Français 2%.
Ce tourisme généré environ 12% des recettes annuelles des îles, soit une taxe de débarquement d’environ 80 euros par personne.
Les recettes publiques sont de l’ordre de 7 millions d’Euros.
Il existe 46 sites de visite désignés par les autorités, sur ces 46 sites 43 autorisent le débarquement.
Il n’y a pas d’infrastructures hébergement touristique sur l’île.
Notre périple en Georgie du Sud sur ses cotes Nord, Nord-Est et Est, durera du 22 au 25 Janvier avec 9 sorties ou accostages sur des sites réglementés, surveillés et contrôlés où l’on peut se rendre compte de la bio-diversité de la faune présente.
La Georgie étant située sur une frontière biogéographique à la limite Nord ou Sud de l’habitat de nombreuses espèces, accueille et abrite ainsi quelques unes des plus grandes populations de mammifères et d’oiseaux tous marins.

Georgie sites d'accostage

Donc sur les 43 sites autorisés, nos débarquements se feront que sur 9 sites, dont le seul, Grytviken présente une activité humaine.

 

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s